À propos

Ce n’est pas la steppe Mongole, mais ça lui ressemble, ai-je pensé la première fois que je suis arrivée ici. Nulle présence verticale, pas de fils barbelés qui écorchent les yeux, empêchant le regard de se perdre dans le paysage. Tout paraît immense, calme et plat, mais que l’on ne s’y trompe pas, la faune est fourmillante, souvent aérienne et offre une diversité qui se renouvelle à chaque saison. C’est dans ce cadre idyllique, au cœur du marais poitevin que nous avons choisi de poser les sabots de nos animaux, il y a une dizaine d’années.

Si la steppe mongole s’est curieusement imposée à moi à la vision de ce paysage vendéen, c’est que je l’avais abondamment parcourue à cheval, du Khenti à l’Arghangai en passant par le Gobbi, et en avais rapporté un art de vivre en harmonie complète avec la nature environnante et les animaux. C’est ce qui fait la singularité du travail que j’ai entrepris. Élever conjointement           les « cinq museaux » comme disent les mongols (ovins, caprins équins, bovins et camélidés), mais uniquement pour ce qu’ils sont, sans aucune arrière pensée gastronomique.

Pour prolonger le plaisir que j’avais en les caressant, je me suis mise à feutrer leur poils, leur toison, leur queue et leur crinière, pour donner vie à des sculptures animalières les représentant. Mon passé d’historienne de l’art à fait le reste, et les formes des vases hellénistiques, étrusques ou celtes se sont imposées à moi.

Toutes les laines que je travaille sont naturelles, utilisées pour leur caractéristiques propres et leur couleur d’origine, sans aucune teinture.

Bonne visite sur mon site !